4 questions à Gavriel H. Feist

4 questions à Gavriel H. Feist

Gavriel H. Feist

[Martine] Bonjour Gavriel ! On ne me présente plus, je suis la mustélidée la plus connue de la francophonie (si, si, je ne vous permets pas d’en douter), mais toi, qui es-tu ? Et c’est quoi ce pseudo à rallonge ?

[Gavriel] Eh bien, bonjour, Martine. Je me considère un peu comme un passeur sur sa barque, appuyé sur une longue perche et voyageant en permanence entre deux rives : celle du rêve et celle de la réalité. Je me sens constamment partagé entre le mystère et la magie, les quêtes héroïques et les hauts faits d’armes. J’affectionne tout particulièrement l’imaginaire, ma préférence allant à la fantasy dont la littérature a baigné toute mon adolescence. Mes lectures m’ont ainsi construit en tant qu’auteur, et sur ma table de chevet, se trouvaient les livres de Guy Gavriel Kay, Robert Ervin Howard et Raymond Elias Feist. Mon nom d’auteur est donc un hommage à ces trois grands écrivains dont les œuvres sont incontestablement des pièces majeures du genre.

Ah d’accord ! Je comprends mieux ! Jeanne parle souvent de ce Guy Gavriel Kay ! Mais alors ici, avec Les Cris du Saphyana, tu t’éloignes de la fantasy. Que s’est-il passé ? Pourquoi cette novella ?

Il est vrai que mes écrits relèvent, pour l’essentiel, de la fantasy. Cependant, l’imaginaire est comme un fleuve aux innombrables affluents, aux multiples possibilités. Et parce que j’aime la promesse d’aventure qu’offre cette eau tumultueuse et aussi, parce que je suis un grand passionné d’astrophysique, il m’était impossible de ne pas manœuvrer ma barque en conséquence. J’ai donc levé ma perche vers les étoiles où la technologie remplace la magie et où les navettes spatiales font office de destriers. De prime abord, la fantasy et la science-fiction peuvent paraître éloignées l’une de l’autre, mais en définitive, elles se jettent dans le même fleuve. D’une certaine manière, j’ai tenté ce rapprochement à travers Les Cris du Saphyana.

Qu’est-ce qui t’a poussé à envoyer ce manuscrit chez nous, outre ma bouille adorable et mes moustaches si gracieuses ?

Je crois me souvenir que c’était au début de l’année. Il y avait un appel à textes pour une comédie romantique. Et comme c’est un genre littéraire que je ne lis pas du tout, il a fallu que j’aille y jeter un coup d’œil. Logique ! J’avoue avoir été tout de suite séduit par ta charmante tanière, Martine. Il y avait plusieurs collections ayant trait à l’imaginaire et puisque je venais d’achever l’écriture d’un récit de science-fiction, je me suis dit : pourquoi pas ? Tu me parlais de Jeanne… Eh bien, elle et ses deux comparses m’ont fait très bon accueil. J’ai été enthousiasmé par notre formidable travail de collaboration durant lequel je me suis senti accompagné et écouté dans chacune de mes remarques.

Allez, pour finir, une petite question piège, parce que j’ai un côté un poil sadique (j’assume !). Pour toi, c’est quoi l’inspiration ?

Je suis en train de répondre aux questions d’une hermine ! Il n’y a pas plus inspiré que ça, non ? Ceci étant dit, l’inspiration est pour moi comme le courant de ce fleuve, une énergie qui permet de voyager et de traverser aussi bien les mondes que les époques.

Merci Gavriel. Voulais-tu ajouter un mot ?

Ma barque est grande et il y a de la place pour tout le monde, alors montez ! Il y a tant d’univers que j’aimerais vous faire découvrir.

Pour ma part, je suis déjà embarquée au septième ciel !


[BONUS] Retrouvez les premières pages de la novella Les Cris du Saphyana lues par la voix grave et posée de son auteur sur notre chaîne YouTube dès le 31 octobre !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et à des fins statistiques. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer