Portrait d’éditeur 2

Portrait d’éditeur 2

Crédit photo : Naturecolors

Nous revoilà pour une seconde interview des membres de l’équipe d'[erminbooks] !

Cette fois je vais m’intéresser à Jérôme Verne, l’un des deux fondateurs de la maison d’édition.

Jérôme Verne

[Martine] Cher Jérôme, étant donné que je suis sortie de ton imaginaire, cela me fait tout drôle de t’interviewer. Mais en grande professionnelle, je vais enfiler mon masque d’impassibilité et faire de mon mieux. Voici donc ma première question :
Les hermines ne sont-elles pas les plus merveilleuses créatures au monde ? (petit sourire espiègle)

[Jérôme] Cela va de soit ! Mais les autres mustélidés ne sont pas loin derrière, dans le classement.

Hmm… bonne réponse ! En tant que mon créateur, m’aimes-tu à la folie ou seulement énormément ? (battement de cils)

Ça dépend des jours. Et toi ?

Oh ! Prise à mon propre jeu, mince !

Je suis ton créateur, tout de même !

Cela veut-il dire que tu ne répondras pas à ma question ?

Non, juste que je te connais bien, sans doute mieux que toi-même !

Oh, Jérôme, tu réussis à me faire rougir ! Désolée, je vais être sérieuse, maintenant, promis.

Qu’est-ce qui t’as motivé à ouvrir ta propre maison d’édition ?

La volonté d’accompagner des auteurs dans la durée. Il existe aujourd’hui deux grands modèles : l’édition à compte d’éditeur et l’autoédition. Le premier repose sur la rencontre d’un éditeur avec un manuscrit, le second, sur l’autonomie et l’indépendance de l’auteur. Je me suis rendu compte que l’autoédition ne convenait pas à tout le monde : l’édition d’un livre demande des compétences et une certaine motivation, et ce n’est pas le rôle premier d’un auteur que de se charger de tout cet aspect post-écriture.

Créer ce projet avec Shealynn Royan était-il une évidence ?

À vrai dire, je ne sais plus comment cette idée est née exactement, et je me demande si ce n’était pas la sienne, au départ. En tout cas, se lancer là-dedans tout seul n’aurait pas été viable. Beaucoup d’éditeurs qui ont mené un projet similaire seul se sont cassé les dents. L’avantage de notre duo avec Shealynn, c’est que nous avons des compétences complémentaires. (Il nous en manquait tout de même quelques unes que Jeanne a su ajouter.) Nous nous connaissions suffisamment bien pour savoir que nous pouvions mener ce projet périlleux ensemble, de manière efficace, et le réussir.

Oui, sans compter les innombrables talents de votre comunity managerNon, ne réponds pas, je ne suis pas sensible à la flatterie.

N’en croyez pas un mot ! Mais, puisque tu insistes, je ne dirais rien !

Je crois savoir que tu ne souhaites te fermer aucune porte en ce qui concerne les collections littéraires. Sur quels genres de manuscrits aimerais-tu travailler en priorité ?

Pour le moment, je recherche des récits policiers historiques, quelle que soit l’époque où l’enquête se déroule. J’aimerais beaucoup éditer un polar médiéval ou gallo-romain, par exemple. Je n’exclus pas un jour de m’intéresser à la science-fiction, voire à la fantasy.

Oh, oui ! Des inspecteurs armés de fléaux ou en jupettes à lanières ! Pardon, je m’égare…
Comment vois-tu l’évolution d'[erminbooks] ?

Nous avons fait le choix de commencer petit, pour se développer progressivement avec le temps. Nous comptons publier 5 livres pour cette première année, avant d’atteindre notre vitesse de croisière dans trois ou quatre ans, avec une dizaine de livres par an. Mais tout dépendra des manuscrits que nous recevrons ! Notre but est de devenir un acteur reconnu du secteur dans la région, dans un premier temps, et en France, ensuite.

Une chose est sûre, je souhaite une belle et longue vie à [erminbooks] ! Merci, Jérôme, d’avoir répondu à mes questions. Souhaites-tu ajouter quelque chose pour nos lecteurs ou futurs auteurs ?

Moi aussi ! Pour ceux qui voudraient nous envoyer un manuscrit, n’oubliez pas de joindre un synopsis, c’est un document qui nous est très utile pour comprendre rapidement les enjeux de votre histoire.

En effet ! Et si vous ne savez comment rédiger un synopsis, je vous invite à lire cette article.

À très vite pour le 3e et dernier article dédié aux éditeurs d'[erminbooks]!

Signé : Martine, l’hermine crô mignonne


Cet article pourrait aussi vous intéresser : Portrait d’éditeur 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et à des fins statistiques. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer